Assurance de prêt : les pièges à éviter avant la signature !

Visiblement, la loi Lagarde qui introduit la liberté de choix pour la souscription d’une assurance de prêt serait mise à profit par un nombre croissant d’emprunteurs, à la fois assez jeunes et en bonne forme. La raison de cet engouement ? La possibilité d’économiser des milliers d’euros. À condition d’éviter quelques pièges !

De la vérification à foison

Avec la récente réforme en profondeur de l’assurance credit, il est vraiment possible de réaliser de réelles économies.

Voici quelques astuces qui devraient vous y aider :

• vérifier que votre contrat renferme une indemnisation forfaitaire en cas d’arrêt de travail car il se peut que, selon la formule souscrite, l’intégralité de votre échéance ne soit pas remboursée
• s’assurer que le tarif annoncé se trouve bel et bien garanti pour toute la durée du prêt même en cas d’évolution de votre situation tant professionnelle que personnelle
• comme pour toute assurance, ne pas oublier de lire les diverses garanties qui figurent au contrat. Pour plus de clarté, n’hésitez pas à faire appel à un courtier d’assurances.

Ce que dit la loi Lagarde

Petit rappel pour nos lecteurs les plus oublieux ! Entrée en vigueur il y a quelques mois, la loi Lagarde permet en cas de souscription d’un crédit immobilier de choisir tout à fait librement son assurance emprunteur pour sécuriser au mieux son budget.

Car, auparavant, l’on était tenu de souscrire auprès du même établissement bancaire prêt immobilier et assurance credit. Autant dire qu’une telle absence de choix ne favorisait pas la concurrence ni une éventuelle baisse des prix.

D’autres informations sur ce dispositif législatif vous attendent dans l’article La loi Lagarde : la liberté de choisir la meilleure assurance credit.

Assurance de prêt immobiler

© 2017 AssurCity.