Assurance auto au kilomètre : Que vaut le “Pay as you drive” ?

L’assurance auto au kilomètre, ou “pay as you drive” est apparue il y a six ans dans l’Hexagone. Venue des pays anglo-saxons dans lesquels elle est populaire, les acteurs qui la commercialisent aujourd’hui en France n’en retirent pas le succès escompté. Si cette assurance ne prend pas, c’est notamment en raison de ses contraintes.

Solution adaptée pour les petits rouleurs qui n’utilisent que partiellement leur véhicule, le “pay as you drive” permet de payer son assurance auto en fonction des distances parcourues sur la route. Deux options sont proposées : que le conducteur soit tarifé selon les kilomètres exacts effectués, ou qu’il choisisse un forfait kilométrique annuel (entre 8.000 et 10.000 kilomètres) qu’il devra respecter.

Pour vérifier le kilométrage de son client, l’assureur, par le biais d’une société spécialisée, fait installer un boitier électronique au sein du véhicule. L’outil enregistre les horaires de conduite, les kilomètres réalisés et accumulés, le temps passé dans la voiture et, sous forme de traceur, les routes empruntées.

Les contraintes

Efficace pour les petits rouleurs qui se voient ainsi proposés un prix sur-mesure, l’assurance auto au kilomètre comprend toutefois quelques contraintes. L’installation du boitier est la principale, les usagers étant inquiets à l’idée que leur assureur détienne autant de données personnelles. Un constat confirmé par le courtier Solly Azar dont le produit “pay as you drive” cible essentiellement les jeunes, leur permettant d’acquérir des prix 40% moins cher que la moyenne des tarifs du marché.“Cette clientèle de jeunes a aujourd’hui un peu de mal à appréhender le concept du fait de la traçabilité du véhicule. C’est d’ailleurs paradoxal par rapport à leur activité sur les réseaux sociaux… Le fait qu’un boitier enregistre leurs données de navigation, ça leur déplait” explique Emmanuel Vallée, directeur du développement et des projets chez le courtier Solly Azar, qui tient toutefois à rassurer : “nous sommes limitées par la CNIL, nous ne pouvons pas remonter toutes les données liées à l’utilisation du véhicule. Nous nous bornons vraiment aux résultats kilométriques et aux données d’utilisation le samedi soir puisque nous émettons la condition qu’ils ne sortent pas trop en boite au cours de cette nuit particulièrement accidentogène, sous peine de sur-tarification. On ne regardera ni sa vitesse ou ni sa localisation”.

Autres contraintes liées au boitier, sa mise en place technique et accaparante sans oublier son abonnement. Pour contourner le problème de l’installation, certains acteurs proposent à leurs clients de se déplacer chez eux afin de fixer le boitier directement à leur domicile, évitant à l’assuré de se rendre chez un garagiste.
Quant au coût, l’installation avoisine la centaine d’euros et l’abonnement mensuel est compris entre 10 et 20 euros. Des frais importants, en plus du montant de l’assurance…

Enfin, dernier point noir du “pay as you drive”, les surprimes affectées aux forfaits kilométriques dépassés. L’assuré a en effet l’obligation de respecter la formule souscrite sous peine d’être facturer pour les kilomètres non prévus.

Une couverture qui a du potentiel

“La plus grande contrainte étant liée au boitier, personne n’a encore trouvé en France LA solution ‘pay as you drive’ qui fonctionne. Mais nous pensons que c’est une assurance qui a du potentiel, d’autant plus avec l’arrivée des smartphones”, selon Emmanuel Vallée. En effet, depuis quelques mois une véritable course à la miniaturisation s’est engagée entre les sociétés spécialisées dans la confection de boîtiers. Les grandes entreprises installées sur le marché se concentrent sur la façon de le réduire le plus possible et d’en faire un traceur compétent en cas de vol du véhicule. Les secondes, de jeunes start-ups, misent sur un appareil du quotidien, comme le smartphone.

Au final, le “Pay As You Drive”, qui semble bénéficier d’un certain regain d’intérêt depuis un an, effet de crise oblige, pourrait plus amplement surprendre assureurs et assurés dans un avenir proche.

Regardez directement la vidéo sur Youtube


News Assurances

© 2017 AssurCity.