Journée sans voiture 2018 : baisse de NO2 dans l'air de 28 à 35 %

A Paris, se déroulait hier la quatrième Journée sans voiture. S’il est encore top tôt pour en tirer les conclusions définitives, Airparif a présenté un premier bilan. La piétonnisation des grands axes et ruelles a permis de baisser de près d’un tiers la quantité de dioxyde d’azote dans l’air.

50 % de trafic en moins

Quel premier bilan pour cette Journée sans voiture à Paris ? Pour la quatrième année, les rues de Paris ont été fermées à la circulation. Dimanche 16 septembre, grands axes et ruelles sont devenus piétons. Selon Christophe Najdovski, adjoint au maire de Paris, cette action a permis de réduire le trafic de moitié. « Par rapport à un dimanche ordinaire, on est sur une diminution de l’ordre de 50 % du trafic. Globalement, les choses sont respectées, même si certains ne respectent pas les règles du jeu », a indiqué à Franceinfo l’adjoint, chargé des transports, de la voirie, aux déplacements et à l’espace public.

Des résultats encourageants et satisfaisants

S’il est encore trop tôt pour faire un bilan définitif de cette quatrième édition, Airparif a communiqué des premiers chiffres. L’association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France estime que cette Journée sans voiture 2018 a permis une baisse de dioxyde d’azote (NO2) dans l’air de 28 à 35 %. Des baisses importantes, qui ont été observées sur différents axes : Haussmann, Opéra, quai des Célestins et les Champs-Élysées. Pour Amélie Fritz, d’Airparif, les résultats de ce type d’action sont visibles assez rapidement mais également encourageants.  Une satisfaction partagée par Christophe Najdovski : « C’est utile parce que cela fait de la pédagogie pour se dire qu’après tout, si on peut le faire pendant une journée, on peut le faire au quotidien et se déplacer autrement au quotidien ».

Étiquettes : , , , , , ,

© 2018 AssurCity.