Les Français pourront acheter des masques dès le 4 mai

Dès le 4 mai, les Français pourront acheter des masques « grand public ». Des masques disponibles dans les pharmacies, les mairies ou encore chez les buralistes. Chez ces derniers, la protection devrait être vendue aux alentours de 5 euros. 

Des masques vendus aux alentours de 5 euros

Le port du masque devrait devenir obligatoire dans certains lieux publics. L’Académie de médecine vient de préconiser à la population de sortir avec un masque « grand public » et estime qu’il faut le rendre obligatoire. Mais où se procurer cette protection ? Le gouvernement a annoncé que les Français pourront acheter des masques dès le 4 mai prochain.

Des expérimentations devraient avoir lieu pour déterminer quel circuit de distribution est à privilégier entre les pharmacies, les mairies ou encore les buralistes. Ces derniers pourront même proposer des masques à partir du 30 avril : « Ce sont dans un premier temps les publics prioritaires qui y auront droit » explique à BFM TV, Eric Vidal, le vice-président de la Confédération des buralistes. 

Concrètement, les premiers masques devront être vendus « aux professionnels de proximité – l’artisan, le plombier, le petit patron, le boucher, le boulanger etc. pour aider au redémarrage de l’économie, puis nous servirons les particuliers tout de suite après » rajoute-t-il. 

D’après la Confération des buralistes, les masques devraient être vendus aux alentours de 5 euros. Ils pourront être « lavés et utilisés une vingtaine de fois ». 

Une qualité de filtration de 90% du virus

Pour celles et ceux qui doutent de la fiabilité des masques, Olivier Véran, le ministre de la santé estime qu’ils sont « de très bonne qualité, qu’ils sont produits pour la plupart en France ». Interrogé lors de l’émission Télématin, il indique que « la protection offre une qualité de filtration de 90% du virus, ce qui veut dire qu’il a quasiment la même qualité de filtration qu’un masque destiné aux soignants » 

Mais y en aura-t-il assez pour tout le monde ? Dans les colonnes des Echos, Agnès Pannier Runacher, la secrétaire d’Etat auprès de ministère de l’Economie et des Finances tente de rassurer : « Les masques pour les soignants sont arrivés en masse et continuent : nous attendons une livraison de 100 millions cette semaine. S’agissant des masques grand public, les quantités seront là car les circuits de production sont en place, et nous essayons autant que possible de privilégier la proximité ».

Obligation du masque dans les transports en commun ?

En Ile-de-France, Valérie Pécresse a annoncé que des masques seraient distribués gratuitement dans les transports en commun. Alors que les modalités du déconfinement n’ont pas encore été dévoilées, la Présidente de région souhaite que le gouvernement rende obligatoire le port de cette protection dans les transports sous peine d’amende. 

Lors du déconfinement, il ne faudra pas oublier d’associer son masque avec les autres gestes-barrières. A savoir se laver les mains le plus souvent possibles mais aussi préserver une distance de sécurité d’au moins 1 mètre avec les personnes aux alentours. 

Le gouvernement devrait prendre la parole d’ici la fin du mois d’avril pour exposer son plan d’action après deux mois de confinement des Français. 

Étiquettes : , , , ,

© 2019 AssurCity.