Dans l’Oise, 600 personnes assistent à un enterrement

600 personnes ont assisté à l’enterrement d’un jeune homme dans le cimetière nord de Compiègne dans l’Oise. La police a été dans l’obligation d’intervenir car en raison du Covid-19, les funérailles ne peuvent rassembler plus de 20 personnes. 

Une dérogation de la famille refusée par le maire de Compiègne

Ils étaient près de 600 à se réunir au cimetière Nord pour un dernier hommage à un jeune homme originaire de Compiègne dans l’Oise. Un habitant du quartier du Clos-des-Roses, foudroyé quelques jours plus tôt, par un arrêt cardiaque en pleine rue. 

Si d’ordinaire ce grand rassemblement n’aurait pas posé de problème, le Covid-19 a changé la donne. Aujourd’hui encore, seules 20 personnes sont autorisées à assister à un enterrement. La famille a tenté de faire une demande de dérogation auprès de la mairie afin d’assouplir cette règle. Sans succès : « Je leur ai dit que c’était interdit. Mais on ne va pas faire venir l’armée, tout de même. Et je n’allais pas y aller tout seul avec mes petits bras  pour leur dire de partir » relate le maire de Compiègne (LR), Philippe Marini au Parisien.

Le jour des funérailles, la police a été dans l’obligation d’intervenir « pour gérer le flux de voitures ». Dans le Parisien, la source policière rajoute que « aucune contravention n’a été dressée (…) C’est un moment de recueillement pour la famille et les amis. Des modérateurs étaient là, cela s’est passé dans le calme ». 

C’est la seconde fois en l’espace d’une semaine qu’un rassemblement de ce genre a lieu dans le cimetière Nord de Compiègne. Une centaine de personnes s’étaient déjà regroupées pour rendre hommage à un homme issu de la communauté du voyage. 

Neuf personnes contaminées après des funérailles en Dordogne 

Les autorités sont particulièrement attentives aux respects des consignes lors des enterrements. Il faut dire qu’un cluster en Dordogne a été découvert à la veille du déconfinement. Neuf personnes ont été contaminées par le Covid-19 après des funérailles. 

Les malades s’étaient rassemblés fin avril dans la petite commune de l’Eglise-Neuve-de-Vergt dans le sud de Périgueux. Une vingtaine de personnes s’étaient réunis dans le funérarium puis le cimetière pour un dernier adieu à un homme d’une cinquantaine d’années qui n’est pas mort  du Covid-19. 

Les personnes infectées ont toutes été isolées. Le personnel des pompes funèbres, les soignants qui sont intervenus au domicile du défunt et les personnes qui ont pu être en contact avec les malades ont aussi été testés comme le veut le protocole sanitaire. 

Pas plus de 20 personnes lors des funérailles

Depuis un décret publié le 15 mars 2020, les rassemblements de plus de 20 personnes sont interdits lors des funérailles. Dans certains diocèses, les enterrements ne se déroulent que dans les cimetières. Pour le moment, les messes sont suspendues. 

Lors de la cérémonie, le personnel des pompes funèbres doit veiller à ce que la distanciation sociale soit respectée entre les proches du défunt. Mi-mars, le Haut conseil de la santé publique a demandé que les dépouilles soient placées dans des housses mortuaires fermées hermétiquement et transférées dans une chambre mortuaire. A noter que le corps doit être installé dans les plus brefs délais dans un « cercueil simple ».

Par ailleurs, le Conseil d’Etat a ordonné la levée de l’interdiction des rassemblements dans les lieux de culte, interdits même après le début du déconfinement. 

Étiquettes : , , , ,

© 2019 AssurCity.