Fin de la trêve hivernale : l’inquiétude des associations

Après deux reports consécutifs, la trêve hivernale vient de prendre fin. Emmanuelle Wagon, la nouvelle ministre déléguée au logement a voulu rassurer les associations inquiètent par la fin de cette mesure. Aujourd’hui, plus de 35 000 familles pourraient se retrouver à la rue en cette période de Covid-19.

Plus de 35 000 familles pourraient être expulsées

La levée de l’état d’urgence sanitaire a sonné la fin de la trêve hivernale. Prolongée à deux reprises en raison de la pandémie du Covid-19, les expulsions locatives peuvent désormais reprendre à la demande des propriétaires.

Une fin de trêve hivernale qui inquiète particulièrement les associations. Selon elles, le confinement a aggravé la situation des ménages les plus modestes. D’ailleurs, les retards de paiement des loyers sont en augmentation. Aujourd’hui, ce sont plus de 35.000 familles qui risquent de se retrouver à la rue.

De son côté, le ministère chargé du logement tente de rassurer les différentes associations. Dans un tweet, Emmanuelle Wagon, la nouvelle ministre déléguée au logement explique : « Fin de la trêve hivernale : après avoir échangé avec les préfets, j’ai reçu les associations. Deux principes guident notre action : pas d’expulsion locative sans proposition de relogement ou de mise à l’abri. Pas de fermeture de place d’hébergement sans solution proposée ».

Des annonces qui n’ont pas réussi à rassurer les associations. La Fondation Abbé Pierre estime qu’il existe des risques que les préconisations « ne soient pas pleinement appliquées sur tout le territoire ». En raison de la situation sanitaire, elle demande que la trêve hivernale soit repoussée jusqu’au 31 octobre prochain.

Ian Brossat, maire adjoint au logement à la mairie de Paris a lui aussi formulé « une prolongation » de la trêve hivernale dans le parc privé de la ville : « Au regard du contexte exceptionnel que notre pays traverse, je vous demande solennellement la prolongation de la trêve hivernale pour le parc d’habitation privé, à défaut, je vous demande qu’une solution de logement ou d’hébergement puisse systématiquement être proposée  par les services d’Etat aux familles » écrit-il à Emmanuelle Wagon dans une lettre dont a pu obtenir une copie l’AFP.  

Une trêve hivernale décalée au 31 octobre 2020 dans le parc social parisien

A Paris, l’allongement de la trêve hivernale a été décalée à octobre prochain dans le parc social : « Ce qui nous permettra de faire un pont avec la trêve suivant et d’avoir une année blanche » détaillera Ian Brossat dans les colonnes du Parisien.

Une aide supplémentaire qui concernera « les locataires de bonne foi, qui pour des raisons liées à une baisse des revenus, n’arrivent pas à payer leur loyer ».

Un peu plus tôt, la municipalité de Bobigny avait annoncé son intention d’annuler les loyers HLM du mois d’avril 2020. Près de 4.000 locataires ont ainsi pu profiter de ce coup de pouce dont le coût avait été estimé à 1,6 million d’euros.

Pour les ménages qui ont des difficultés à payer leur loyer, sachez qu’il est important de contacter rapidement son propriétaire bailleur afin d’expliquer la situation et trouver des solutions pour éviter que la dette ne s’aggrave.

Il est aussi possible de contacter l’ADIL. Cette association a pour mission d’informer gratuitement les usagers sur leurs droits et obligation. Elle assure aussi un rôle de prévention auprès des ménages fragiles sur le plan juridique et financier.

© 2019 AssurCity.