D'après vous, combien paye un footballeur professionnel pour son assurance auto ?

L’élite des footballeurs professionnels compte aujourd’hui un très grand nombre de collectionneurs de voitures d’exception. Si les prix à l’achat peuvent paraître délirants, ils sont aussi synonymes de contrats d’assurance auto en or pour leurs assureurs.

Les voitures de luxe, cette passion dévorante

La vie de footballeur en fait sans doute rêver plus d’un, y compris parmi les afficionados de voitures de luxe. Difficile en effet de séparer aujourd’hui football professionnel et bolides rutilant. A voir les écuries composées par certains, on se demande même s’ils ne se sont pas carrément trompé de sport, et s’il ne vaudrait pas mieux passer à une autre forme de compétition… sur circuit.

Ils sont effectivement nombreux aujourd’hui à suivre au moins la dernière partie du célèbre adage de leur aîné, George Best : « J’ai claqué beaucoup d’argent dans l’alcool, les filles et les voitures de sport – le reste, je l’ai gaspillé ». Plusieurs décennies ont beau être passées depuis, les footballeurs professionnels font bien partie de nos jours des plus exubérants collectionneurs de voiture de sport au monde.

Bugatti Veyron, la coche de oro

Parmi les modèles d’exceptions possédés par nos as du ballon rond (mais pas toujours du volant), on peut citer la célèbre et unique Bugatti Veyron, un modèle fabriqué au compte-goutte (450 exemplaires monde), mais qui a réussi à trouver sa place dans de nombreux garages de footballeurs connus : Karim Benzema (en version « pure sang »), Samuel Eto’o ou encore l’ancien cerveau du FC Barcelone, Andres Iniesta.

Au rayon des raretés suprêmes, l’ancien attaquant camerounais, qui a également évolué en Catalogne, s’est aussi offert une Aston Martin One-77, un modèle produit à seulement 77 exemplaires par le constructeur britannique, entre 2009 et 2012.

Mais dans cette course au plus grand nombre de chevaux, la part du lion revient évidemment au joueur le mieux payé. C’est Cristiano Ronaldo qui possèderait en effet la collection la plus onéreuse, estimée à plus de 18 millions d’euros. Pour les Bugatti, le Portugais n’a pas fait dans le détail : la Veyron (forcément) mais aussi la Chiron (2,5 millions d’euros) ainsi que la Cantodieci (8 millions d’euros) ont toutes atterries dans ce qui doit s’apparenter davantage à un bunker qu’à un parking gratuit. 

Ça s’assure, un avion de chasse ?

Mais est-il seulement possible d’expliquer la volonté de posséder une telle escadrille d’avions de chasse ? Dans son numéro du mois de novembre, le mensuel So foot s’est penché sur ces relations intimes entre football et grand tourisme. 

Selon le magazine, la raison de cet amour pour les voitures de luxe est d’abord la conséquence d’une compétition que se lancent les joueurs entre eux, pour savoir qui a la plus grosse… cylindrée. Plus sérieusement, posséder un véhicule d’un tel standing est aussi synonyme de revanche sociale pour des joueurs le plus souvent issus de milieux très populaires. Enfin, il ne faut pas non plus oublier que cette passion débordante ne serait pas alimentée sans le carburant sans fonds injecté par les droits tv, qui font grimper dans les tours les salaires des stars.

L’enquête de So foot n’oublie pas pour autant de rappeler les conséquences funestes qui peuvent parfois être occasionnées par ces nouveaux fous du volant, le plus couramment pour excès de vitesse. Mais au-delà des comportements dangereux, certains joueurs se montrent même par moment carrément irresponsables, en refusant par exemple de repasser leurs permis.

Quelques conduites sans permis, mais jamais sans assurance

L’été dernier, un procès s’est tenu contre Partick Antonelli, un gérant d’auto-écoles des Hauts-de-Seine, accusé d’avoir fournis à un certain nombre de personnalités, dont plusieurs footballeurs, des permis de conduire sans passage par la case examen. Layvin Kurzawa et Jérémy Menez en auraient profité, entre autres…

Heureusement, la conduite sans assurance semble, elle, beaucoup moins répandue. Au contraire, nous apprend So foot, les assureurs des footballeurs professionnels auraient même trouvé là une affaire bien juteuse. 

Nous est notamment présenté la compagnie Henner Sports, un cabinet de courtage proposant, d’après son site internet « des solutions prévoyance pour les sportifs professionnels et sportifs de haut niveau. ». Des couvertures pour les joueurs en cas de blessure donc, mais aussi des assurances auto.

Pour aller droit au but, vous ne trouverez pas cet assureur à la fin de notre formulaire auto, et pour cause, ce courtier ne propose que des assurances tous-risques d’un niveau inégalé, puisqu’absolument tous les sinistres sont indemnisés, y compris pour les voitures les plus luxueuses du marché. Une seule exclusion intervient : si le joueur est reconnu responsable d’un sinistre suite à une conduite en état d’ivresse.

En revanche, pour la cotisation annuelle, mieux vaut être bien accroché à son siège sport. La prime pour une telle assurance va tout simplement chercher dans les 50 000 à 100 000 euros par an… On aurait presque envie de leur proposer de venir faire des économies chez Assurland.

pub

© 2020 AssurCity.