Le coût de l’assurance emprunteur ne cesse d’augmenter

Comparez les assurances emprunteur avant de signer votre crédit

La souscription d’un crédit implique un certain nombre de frais. Et l’association de consommateurs UFC – Que Choisir dénonce  une augmentation de ces derniers, notamment au niveau de l’assurance emprunteur, un élément obligatoire pour l’obtention d’un prêt immobilier. Ce, malgré le fait que la loi Lagarde mise en place en 2010 devait permettre de réduire ces frais.

Gros plan sur l’assurance emprunteur

Cette assurance est imposée pour toute souscription d’un crédit immobilier. Grâce à cette couverture, le remboursement de l’emprunt est garanti en cas de décès, d’invalidité, de chômage de l’emprunteur.

Depuis juillet 2010, la loi Lagarde précise que les personnes souscrivant un crédit immobilier ont la possibilité de choisir l’assurance crédit de leur choix au lieu de souscrire celle imposée par l’établissement bancaire prêteur. Grâce à cette réglementation, les tarifs auraient dû baisser.

Augmentation du coût

Malgré les dispositions prévues par la loi Lagarde, on assiste à un accroissement des coûts des emprunts. Si l’assurance représentait 19% de la totalité des frais liés à un crédit immobilier en 2008, elle représente aujourd’hui 25%.

Si l’on en croit les estimations entreprises par l’UFC – Que Choisir, les marges des établissements bancaires sont passées de 40% en 2007, à 46% en 2013, rapportant aux banques plus de 2 milliards d’euros par an. Ainsi, les coûts augmentent et la concurrence s’amoindrie.

Solution envisageable

Face à cette situation, une solution pourrait être envisagée. Les associations des consommateurs dont UFC – Que Choisir compte sur l’intégration du droit à la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur dans le texte de loi consommation qui devrait bientôt être examinée. Cette prérogative permettrait à l’assuré de changer de couverture afin de jouir d’un tarif plus intéressant.

La mise en place de ce droit de résiliation pourrait faire bouger les choses mais elle n’est pas assurée étant donné que les établissements bancaires ne vont pas se laisser faire. Il s’agit quand même d’un marché qui leur permet d’engranger plus de 2 milliards d’euros annuellement.




Étiquettes : , , ,

© 2017 AssurCity.