Le nombre de crédits immobiliers accordés baisse tandis que les taux augmentent

Si en avril 2020 le taux moyen d’un crédit immobilier était de 1,18 %, il est passé à 1,25 % au mois de mai. Cette hausse est également accompagnée d’un durcissement des conditions pour se voir accorder un prêt, ce qui, affecte principalement les primo-accédants et fait chuter le nombre de crédits accordés. Assurland fait le point.

Crédits immobiliers : une baisse de 40 % enregistrée en mai 2020

En France, les capacités d’emprunt pour les foyers modestes et primo-accédants sont fortement limitées depuis fin 2019. Pourquoi ? Cela fait suite à une hausse des prix des biens en vente et à une limitation d’endettement fixée à 33 % par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF). S’ajoute à cela la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 qui n’a aidé en rien. C’est pourquoi, au mois de mars, le marché était très perturbé. En avril, il ne s’est pas amélioré, et encore moins au mois de mai. Ainsi, sur ces 3 derniers mois, on enregistre une baisse de près de 40 % concernant les crédits immobiliers accordés, alors que sur la même période en 2019, ils connaissaient une augmentation de 10,2 %. Ainsi, les taux moyens des crédits immobiliers en mai 2020 étaient de 1,07 % pour une durée d’emprunt de 15 ans, de 1,26 % pour une durée d’emprunt de 20 ans, et de 1,51 % pour une durée d’emprunt de 25 ans.

Crise sanitaire : les taux d’emprunt des prêts augmentent

Selon l’Observatoire Crédit Logement CSA qui publie tous les mois une analyse des indicateurs du crédit immobilier en France, le taux de crédit moyen était de 1,18 % en avril 2020 et est passé à 1,25 % au mois de mai. Une augmentation qui reste, malgré tout, inférieure au taux moyen enregistré l’an passé en mai 2019, ou il montait à 1,29 %.

Pourquoi cette augmentation des taux d’emprunt ? Elle fait suite à la pandémie du nouveau Coronavirus. En effet, suite au confinement, de nombreux Français se sont retrouvés au chômage et ont perdu une part importante de leur pouvoir d’achat. Les taux augmentent donc pour limiter les risques de défaut de remboursement de la part des emprunteurs. Après 2 années durant lesquelles le taux moyen d’emprunt des prêts se maintenait sous l’inflation, le confinement l’a propulsé de nouveau au-dessus.

Achats immobiliers : quel impact suite à la hausse des taux ?

7 Français sur 10 qui avaient un projet d’achat immobilier avant le confinement ont confiance en son aboutissement. Ils ne désirent pas faire marche arrière, et ce, qu’ils aient réalisé ou non une étude de financement avant que la France ne soit mise en confinement. Cependant, pour les 3 personnes sur 10 qui ont des doutes concernant la concrétisation de leur projet durant les 6 mois à venir, leur peur est entretenue par la hausse des taux. Ainsi 72 % de celles et ceux qui ne s’étaient pas penché sur la question du financement de leur projet, ils ont peur que la hausse des taux les empêche de le mener à bien.

La durée d’emprunt moyenne s’allonge de deux mois en France

Au mois de mai 2020, la durée moyenne d’emprunt des prêts immobiliers augmentée de 2 mois arrivant à environ 19 ans. Plus généralement, elle est passée à 21 an pour un projet d’achat dans le neuf, et à 20 ans pour les projets d’achats dans l’ancien. Cet allongement des durées permet, en partie, de compenser la hausse des taux et des prix dans l’immobilier. Comme nous l’expliquions plus haut, les taux sont restés les mêmes pendant près de deux ans. La durée moyenne d’emprunt ne variait donc pas beaucoup elle non plus. Il ne reste plus qu’à voir comment les choses vont évoluer avec le déconfinement.

© 2019 AssurCity.