Santé : l'ANSES s'alerte sur l'inactivité physique des ados

Les jeunes de 11 à 17 ans ne se bougent pas assez. Ils passent trop de temps devant les tablettes et autres smartphones et pas assez à pratiquer un sport. Une sédentarité qui peut devenir dangereuse pour la santé. Et l’année 2020 pourrait faire grimper les chiffres.

49% des sondés passent 4H30 par jour devant un écran

Les autorités sanitaires s’alertent de la sédentarité des jeunes. Une étude dévoilée par l’Anses et relayée par le JDD révèle que deux tiers des adolescents présentent un niveau de sédentarité et d’inactivité dangereux pour leur santé. Pire, près de la moitié d’entre eux se situent à un niveau de risque qui est jugé «très élevé ».

Pour arriver à cette conclusion, l’Anses s’est penché sur les habitudes de jeunes âgés de 11 à 17 ans. L’agence a utilisé un questionnaire qui a permis de mettre en lumière les pratiques de enfants : combien de temps restent-ils assis ou couchés dans une journée ? Le temps passé devant un écran ? Le sport ?

Pour l’agence, il peut y avoir un danger pour la santé dès « deux heures d’écran » et moins d’une d’activité physique par jour. Et malheureusement, 66% des adolescents interrogés dépassent ces deux seuils. D’ailleurs, 49% d’entre eux restent 4H30 par jour devant un écran et font moins de 20 minutes de sport. Cela signifie que pour certains collégiens ou lycéens, le sport n’est pratiqué que durant les cours d’EPS.

Pour rappel, selon des chercheurs, une surexposition aux écrans et un manque de sommeil favoriseraient l’impulsivité des plus jeunes.

L’étude va plus loin en identifiant les jeunes les plus à risque. En effet, elle démontre qu’en fonction du revenu des parents, un jeune reste plus ou moins longtemps sur un écran. Plus le revenu du foyer est conséquent et moins un ado passe son temps devant une tablette, un ordinateur ou un smartphone.

Les filles sont plus sujettes à la sédentarité. Les collégiennes de 11 à 14 ans sont 15,5% à pratiquer un sport contre 24% chez les garçons du même âge .

Une sédentarité multipliée en raison de la Covid-19

Des statistiques qui pourraient s’envoler en raison de la crise sanitaire et des deux confinements. Si les activités en plein air vont reprendre dès le 28 novembre 2020, les jeunes qui pratiquent un sport en salle vont devoir attendre le 15 décembre prochain.

Alors comment changer la donne et inciter les adolescents à faire du sport ? Sans surprise, l’Anses préconise de réduire le temps passé devant un écran. Elle invite les jeunes à se lever, à marcher et à s’étirer. D’ailleurs, en cette période de confinement, pourquoi ne pas prendre du temps en famille en jouant à des jeux de société ?

Côté sport, elle souhaite que le gouvernement s’empare du sujet afin de proposer « des mesures renforcées à ce sujet dans le cadre du Plan national nutrition santé« .

Si l’enfant est motivé, il est aussi possible de réaliser des exercices rapides et simples à faire dans le salon : « On a juste besoin d’un minimum de motivation. Ce qui est pratique quand on fait du sport à la maison, c’est qu’on peut le faire à tout moment de la journée et avec très peu voire pas du tout de matériel » explique Romain Lala-Bouali, fondateur de Just Coaching.

En parallèle, vous pouvez casser les habitudes en lui proposant de se rendre au collège ou au lycée à pied. L’occasion de prendre l’air et de vous promener en cette fin d’année.

© 2021 AssurCity.